Histoire

Histoire



Cantoin est une commune française située dans le département de l’Aveyron en région Midi-PyrénéesAltitude de 950m (superficie de 42,37 km²).

Le territoire de cette commune matérialise une fraction centre-sud du Massif central sur le plateau de la Viadène au nord-ouest du plateau de l’Aubrac sur le Lebot

Village construit autour d’une église gothique dâtée de 1473, dominant la Viadène et de l’autre côté le Carladez.

Au 01/01/2015, la commune de Cantoin comprend 336 habitants appelés les cantoinais et cantoinaises.


Quelques anciennes cartes postales, prêtées gracieusement par Magdeleine BRAS, à découvrir sans plus tarder.

 

Carte archéologique communale – Cantoin – Canton de Sainte-Geneviève sur Argence

L’histoire de Cantoin n’apparaît qu’à l’époque féodale.

En l’état actuel de la recherche, aucun site archéologique n’est venu attester une occupation antique et du Moyen-Âge du territoire communal.

Seule, une tradition orale raconte qu’un ancien relais romain aurait existé à Mudazous (001). Mais aucun vestige archéologique n’est venu confirmer cette légende et, dans ce domaine, il est encore possible de faire des découvertes intéressantes. Face à cette réalité, il serait souhaitable que toute personne témoin de découvertes fortuites, puisse porter les gisements à la connaissance de la mairie qui les signalera, dans les meilleurs délais, à la Direction des Antiquités Historiques de Midi-Pyrénées. A cet égard, vous pouvez vous appuyer sur la loi pour assurer la protection de votre patrimoine archéologique local.

De même, si nous ne connaissons rien du Haut-Moyen-Âge, nous espérons que des découvertes de sépultures ou des traces d’habitats viendront apporter des renseignements sur les époques mérovingienne et carolingienne.

A l’époque féodale, le chef-lieu de commue appelé Canthoen, possédait un château fort dont il ne reste plus que des souterrains.

Son église de style gothique date de 1473. Il se pourrait que cet édifice ait été construit à l’emplacement d’une église antérieure.

En dehors du village de Cantoin, le territoire offre quelques édifices en bon état de conservation ou en ruines qui nous rappellent le passé médiéval. A Biac (002), se dressent encore les ruines d’un donjon. Des brais, dont il ne reste que des vestiges, clôturaient une cour. Cette maison-forte était une « grange » de l’abbaye de Bonneval, dressée vers 1370.

A Cantoinet (003), près d’une chapelle romane remaniée au XVIe siècle et d’un logis reconstruit au XVIIIe siècle, un donjon carré accosté à l’un des angles d’une tourelle circulaire daterait du XIVe siècle. Pierre de la Vayssière est dit Seigneur de Cantoinet vers la fin du XIIIe siècle.

A Séverac-Bédène, des débris d’un château fort et une chapelle restaurée s’élèvent sur un promontoire. La construction de ces édifices remonterait au XIe siècle. La chapelle subit des transformations au cours des siècles, dont une réfection de la nef à la fin du XVIe siècle. Au pied de la colline, une ferme et une grange remploient les sculptures provenant du château.

A Vines (004), l’église est de style gothique. Vous pourrez y découvrir une ancienne croix processionnelle de l’église. Classée Monument historique, le 18 mars 1938 par le Ministère des Beaux-Arts, cette croix en argent, d’une valeur inestimable, est un magnifique spécimen de l’orfèvrerie religieuse de la fin du Moyen-Âge. L’un des quatre reliquaires contiendrait d’après une inscription ancienne, un fragment de la Vraie Croix.

 croix-de-vines

D’autres édifices ont dû être érigés, mais ils ont disparu depuis longtemps. Les guerres de religion, la Révolution, la dépopulation, l’indifférence sont les principales causes de leur destruction. Seules des découvertes archéologiques révèleront leur existence.

Au terme de ce court inventaire archéologique, il convient de préciser que la sauvegarde du patrimoine culturel local est le devoir de chacun. Il serait souhaitable qu’une attention spéciale soit portée aux vestiges archéologiques antiques et médiévaux. A cet effet et pour faire avancer l’histoire de Cantoin, les découvertes anciennes faites par des particuliers devraient être signalées à la mairie afin qu’elles puissent être montrées et étudiées par les archéologues.

Le concours de tous au recensement et à la protection des vestiges archéologiques permettra de mieux connaître l’histoire de Cantoin et de transmettre aux générations futures les vestiges les plus remarquables de son passé.

*le numéro du site archéologique vous renvoie à sa localisation sur la carte (voir ci-après). La situation du site peut être, pour diverses raisons, approximative ou précise.

sites-archéologiques-connus-Cantoin